Les certificats de protection supplémentaire : un an plus tard